Ce que les citoyens attendent des maires

Publié le par Selda Prey

logoamf.gifL’Association des Maires de France (AMF) a demandé à l’institut CSA de réaliser un sondage sur les attentes des citoyens à l’égard de leur maire. Différents thèmes ont été abordés et en particulier la ruralité, la démocratie représentative et la participation des citoyens, l’intercommunalité, l’impôt local et le développement durable.


La ruralité
Si la vie dans une commune rurale est principalement associée à une vision positive notamment par son environnement de qualité (44%) et sa convivialité (33%), les difficultés pour trouver un emploi (33%) et l’insuffisance de commerces et de services publics (32%) viennent troubler cette image idyllique.

Les jeunes de moins de 30 ans craignent davantage l’isolement, tandis que les personnes de 50 ans et plus associent un niveau de sécurité élevé à la vie à la campagne. Les personnes habitant une commune rurale se plaignent plus souvent du manque de services publics et de commerces.

Malgré quelques idées négatives quant à la vie en milieu rural, 68% des Français affirment préférer vivre à la campagne, en particulier, les 30-49 ans (75%). Le cadre de vie est la raison la plus invoquée (55%) quant au choix des personnes ayant opté pour une vie à la campagne.

Les priorités des maires de communes rurales
ruralite.jpg 61% des Français pensent que la priorité devrait être d’attirer ou de maintenir des services de proximité, et 56% de préserver l’environnement et la qualité de vie. Les jeunes sont plus sensibles au développement des activités de loisirs.

Les deux principaux services publics jugés essentiels à la vie d’une commune rurale sont l’école (67%) et l’hôpital à moins de 50 kms (61%). Les personnes âgées privilégient le bureau de poste.

51% des Français pensent que le développement des communes rurales devrait être une préoccupation prioritaire des pouvoirs publics, et en particulier pour les personnes résidant dans une commune de moins de 2 000 habitants.


Démocratie représentative et participation des citoyens

83% des personnes interrogées ont utilisé spontanément des expressions ou des phrases positives pour évoquer leur maire. Il est le « responsable de la ville, le gérant de la commune » pour 24% d’entre eux.

Pour 64% des Français, le maire est l’élu local le plus à l’écoute de leurs préoccupations, loin devant le conseiller général (11%) et le député (8%).

Les administrés ont le sentiment d’être bien informés de l’action du maire et du conseil municipal (73%), quelle que soit la taille de leur commune de résidence.

Par contre, ils pensent avoir peu d’influence sur les décisions prises par leurs élus. 26% pensent pouvoir influer au niveau de la commune, 18% au niveau national et 15% au niveau du département et de la région. Les jeunes sont plus optimistes et pensent pouvoir influencer les décideurs au niveau de la commune pour 35% d’entre eux.

C’est pourquoi les citoyens souhaiteraient être associés davantage aux décisions politiques à travers des consultations plus fréquentes (72%), des conseils de quartiers (65%), des débats publics (63%) mais aussi via les nouvelles technologies et Internet (60%).

Ils aimeraient être associés aux décisions concernant aussi bien les grands projets d’aménagement locaux (91%), la gestion territoriale de proximité (88%) que les orientations générales de la politique de la commune, comme les impôts ou les services publics (85%).

Dans ce cadre, 70% des répondants considèrent que les associations sont une chance, parce qu’elles les représentent utilement (42%) et sont compétentes (28%). Elles sont majoritairement plébiscitées par les femmes principalement pour la démocratie représentative (72%).

Si 37% des personnes interrogées considèrent que le développement des pratiques de démocratie participative correspond à « une nouvelle façon de gouverner au plus près des préoccupations des citoyens », 28% estiment qu’elles prennent surtout la forme « d’opérations de communication ». À cet égard, les hommes, les membres des catégories supérieures, les salariés du secteur privé et les diplômés supérieurs se montrent les plus sceptiques.


Le citoyen dans l’intercommunalité

intercommunalite.jpgForce est de constater que les Français ne se sont pas approprié la structure intercommunale. 24% des sondés ont choisi de ne pas répondre à la question concernant l’appartenance de leur commune à une structure, sans doute ne connaissant pas la réponse. 41% des jeunes de moins de 30 ans n’ont pas su répondre.

Parmi ceux connaissant la réponse et dont la commune appartient à une structure intercommunale, 46% connaissent le nom du président. Mais 85% d’entre eux se sentent avant tout habitant de leur commune.

Si les citoyens ont le sentiment d’être bien informés au niveau communal, seulement la moitié des Français pensent être bien informés au niveau de la communauté de communes, communauté d’agglomérations ou communauté urbaine.


L’impôt local
87% des Français souhaiteraient être plus informés sur la façon dont sont utilisés leurs impôts locaux, 86% sur la manière dont il est calculé, et 83% sur la répartition des différents impôts entre les différentes collectivités.

Si une réforme de la fiscalité locale était mise en place, près de la moitié des Français (46%) souhaiterait voir adopter comme axe prioritaire « une plus grande équité entre les citoyens », plus fortement chez les jeunes.

73% des personnes interrogées se disent favorables à une meilleure prise en compte du niveau de revenu dans le calcul de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. 83% des Français se disent d’accord pour attribuer à des communes plus pauvres une partie des ressources des communes les plus favorisées.


Le développement durable
Seuls 42% de la population française déclarent avoir une idée précise de ce qu’est le développement durable. Une fois le terme défini, 89% des Français considèrent que le développement durable devrait être une préoccupation prioritaire ou importante des politiques publiques.

Le développement durable est une préoccupation qui concerne aussi bien l’élu que le citoyen. Les citoyens se placent d’ailleurs en première place (34%) pour mettre en œuvre le développement durable, puis c’est la commune (27%) qui bénéficie de la confiance des Français.
 
Pour 66% de la population, l’application du développement durable passe essentiellement par le changement des pratiques sans que cela engendre des coûts supplémentaires.

Ils attendent que le maire promeuve le recours aux énergies renouvelables (33%), informe et sensibilise régulièrement la population sur la qualité de l’eau et de l’air (31%) ou économise les ressources naturelles (30%). Les brochures de bonnes pratiques doivent être largement et prioritairement diffusées aux citoyens pour un Français sur 4.

65% des personnes interrogées se disent prêts à utiliser davantage les transports en commun ou alternatifs à la voiture, 12% déclarent déjà le faire. 63% sont prêts à procéder à des modifications de leur habitat pour favoriser les économies d’énergies. Les femmes sont plus sensibles au tri sélectif parmi les 46% des Français se déclarant trier leurs déchets.

Publié dans Société

Commenter cet article

Shamael 09/12/2007 04:48

"le maire est l’élu local le plus à l’écoute de leurs préoccupations, loin devant le conseiller général (11%) et le député (8%)." Argh ! J'ai eu des boutons rien qu'a lire cette phrase ! depuis quand le depute est un elu LOCAL ? La definition d'un deput est d'etre un representant de la NATION. Peu importe le mode d'election, chaque depute represente la nation toute entiere.Je pense qu'avant de demander a qui que ce soit ce qu'ils attendent des uns et des autres, il serait judicieux de former les gens sur le fonctionnement des instiutions et le role des differents elus. Ca ferait peut-etre quelques mecontants en moins. On est toujours plus tolerant quand on comprend.La democratie representative a ete cree pour garder a l'ecart des decisions politiques le peuple considere comme incapable dans sa grande majorite d'etre associe a des decisions aussi importantes. Le seul pouvoir avoue du peuple dans une democratie representative est l'election : il peut decider ou non de renouveler sa confiance a l'elu (lol).Je vais faire ma cynique de base mais, comme l'a si bien fait remarquer Diderot, "La liberté d´écrire et de parler impunément, marque ou l´extrême bonté du prince, ou le profond esclavage du peuple ; on ne permet de dire qu´à celui qui ne peut rien." (Notes ecrites de la main d'un souverain a la marge de Tacite ou Principe de politique des souverains #217, lisez ce texte il vaut le detour et s'applique toujours aussi bien aujourdh'hui.) Par un auteur moins connu, mais peut-etre plus diffuse finalement, et tout aussi eclaire nous avons "la dictature c'est ferme ta gueule, la democratie c'est cause toujours. En bref quand on vous parle de conseil de quartier et autres ou de democratie participative, c'est en gros pour que vous arretiez de faire chier les experts avec vos exigences d'incompetents de base. On vous fait avaler ce que les dirigeants souhaitent comme etant ce que vous voulez. Personnellement je suis toujours aussi emerveillee. Comprenez bien deux choses, d'une je ne dis pas que la democratie et la dictature sont une seule et meme chose, de deux je pense que les gens sont responsables de se laisser manipuler. C'est comme cette espece d'image positive des associations. . . passons. Tout systeme tent a sa propre conservation, pas a defendre les interets des gens. De la meme maniere toute personne ayant atteint un certain degre de pouvoir et d'influence fera tout pour preserver l'un et l'autre, c'est vrai aussi pour les associations et leurs dirigents.Juste une petite remarque sur la democratie participative. C'est une maniere d'introduire de la democratie directe dans la democratie representative. Mais l'histoire nous enseigne (Athenes au 5eme s. av. JC) que la democratie directe est tres intimement lie avec un comportement social holistique, ce qui permet de se debarasser des gens trop "exceptionnels" dans le processus.Sur le developpement durable, j'adore la phrase "Une fois le terme défini". Parce qu'ils en ont ete capabe ? Il faut quand meme se rendre compte que personne ne sait exactement ce qu'est le developpement durable. Mais ca fait joli dans les discours.Hub, ne t'inquiete pas. . . tout le monde sait que la revolution n'est pas sensee avoir atteint les villages en France ;-) D'ailleurs ca a ete tres utile pour Tiers en 1871 quand il a fallu se debarasser des communards.

Selda Prey 28/11/2007 20:50

Il semblerait que d'autres aient plus de chance en effet.Et il est difficile de faire bouger les choses quand on se retrouve isolé et que seule une poignée essaie de faire quelque chose.En tout cas, c'est bien d'avoir essayé de t'impliquer et de faire bouger tout ça.

hub 28/11/2007 01:14

Rigolo, c'est vraiment le rendez-vous des néoruraux ici. Pour ma part j'habite un village de 280 habitants avec une mairesse vieille fille psychorigide à sa tête, et qui de surcroît habite toujours avec sa maman...:op Le conseil municipal est composé de 5 célibataires , 3 personnes de plus de 65 ans et seulement 3 personnes ayant des enfants en bas âge.
Il n'y a dans ce village strictement aucune infrastructures pour les enfants qui sont quand même la bagatelle de 75 en âge d'être scolarisés! En revanche, un club du troisième âge vient de voir le jour... il est vrai qu'il vote lui.
Une tentative de renversement du pouvoir historique a eu lieu lors des élections municipales précédentes qui s'est soldée par une guerre de tranchées, tu penses, quel affront, des étrangers qui osent présenter une liste dissidente, du jamais vu!
La joyeuse équipe a été réélue, ce qui nous a fait conclure que la majorité des gens s'en foutent de voir évoluer les choses tant que la gestion ronronne et que les caniveaux sont balayés devant chez eux. Effectivement mon village est d'une part une espèce de dinosaure resté bloqué dans les années 50 et d'autre part un village dortoir, avec entre les deux quelques familles considérées comme des ennemies de la commune parce que tournées vers la recherche d'un semblant d'avenir de proximité.
Autant vous dire que je ne considère pas ma commune ni ses responsables, comme étant représentifs de ce qui ressemble à un ensemble tourné vers l'avenir, d'autres ont sans doute plus de chance(?).
Après avoir été un conseillé municipal isolé pendant 6 ans avant l'équipe actuelle et donné ensuite des cours de dessin dans le cadre d'une association que nos chers élus ont finis par laminer pour des raisons divergeance de points de vue (toujours la même attitude seigneuriale hégémonique), j'ai fini par jeter l'éponge et ne plus fréquenter que 4 familles du village... voilà, voilà... une commune française parmi d'autres... Pour vivre heureux, vivons cachés, ou, soyons heureux pour vivre cachés. :o)

Milla 27/11/2007 23:39

Le poids des maires, bof, je n'ai pas cette sensation, ici par exemple a Vincennes le Maire est assez actif, il a même mis en ligne un forum de discussion dans lequel les vincennois peuvent émettre des idées pour améliorer la ville, c'est très bien.d'autant, il y a quelques années, l'ancien maire ne voulait pas octroyer des subventions au CHRS dans lequel je travaille alors que celui ci en donne chaque année, finalement on remarque quand même que s'il veut il peut.j'ai vécu dans un pierrefitte encore potable à une époque, il y avait de la trésorerie mais jamais le maire n'a voulu sortir les fondspour améliorer la vie des citoyens, il faut voir, parfois des spectacles bidons ou ils invitaient des soit disant vedettes qu'il fallait payer, alors que les gens voulaient simplement aménager des salles de jeux pour les gosses, ou des salles d'études, alors d'une mairie à l'autre c'est a se demander pourquoi il y a une telle différence en termer de gestion.Le maire devrait en effet avoir plus davantage de pouvoir dans la mesure ou il est en contact direct avec les habitants. ceci dit, malgrè cela, je préfèrerai aussi vivre ala campagne, peut etre pas dans le nord parce que le village ou je suis née, mais il faut savoir ce qu'on veut la qualité de la vie ou la ville...j'ai une amie qui est infirmière libérale, elle travaille 10 jours sur paris dans le 17 eme et vit le reste du temps à Dieppe, pas mal le filon loltrès intéressant Selda ...

Selda Prey 27/11/2007 23:07

Heureuse de voir que l'article a une utilité en dehors d'une simple information ;o)Sans demander la lune, je pense que l'on peut demander un minimum à son maire... Un collègue me disait que dans son village, une fois que l'on connaît le boulanger qui fait sa tournée, des habitudes étaient prises en accrochant un "sac à pain" à sa porte pour ne pas rater sa ration quotidienne en cas d'absence.Mais oui, en général on s'y sent bien malgré quelques désagrément.Moi qui me retrouve sur Paris, je dois bien avouer que je retournerai bien dans un petit village...