VAE : le label Ville amie des enfants

Publié le par Selda Prey

Il y a cinq ans, l’UNICEF France et l’Association des Maires de France (AMF) ont développé l’initiative Ville amie des enfants qui réunit aujourd’hui un réseau de 156 villes françaises. Son objectif est de servir la cause des enfants et de promouvoir l’application des droits des enfants dans les villes.


Ville amie des enfants Tout au long de l’année, les Villes amies des enfants développent de nouveaux projets et font vivre la Convention internationale des droits de l’enfant avec les bénévoles d’UNICEF France. Les villes signataires de la Charte VAE s’engagent à :

• Rendre leur ville toujours plus accueillante et accessible aux enfants et aux jeunes, à améliorer leur sécurité, leur environnement, leur accès à la culture et aux loisirs

• Promouvoir l’éducation des enfants et des jeunes au civisme et leur insertion dans la vie de la cité par leur participation à des structures adaptées où ils seront écoutés et respectés

• Faire mieux connaître la situation des enfants dans le monde et développer un esprit de solidarité internationale


• Organiser chaque année avec l’UNICEF, une grande manifestation le 20 novembre, journée nationale des droits de l’enfant

Les 9 ambitions des VAE

Plus concrètement, les VAE s’assurent que l’environnement des enfants est propice à leur bon développement (mobilité améliorée, accès à la culture et au sport, rencontre des enfants avec les acteurs locaux, sensibilisation à la convention des droits de l’enfant…).

Elles incitent les jeunes à s’investir personnellement dans la vie de leur cité (conseils d’enfants et de jeunes, consultation par sondage, organisation d’états généraux, mise en place de murs d’expression, de boîtes à idées…).

Pour que les enfants se sentent citoyens du monde, les villes ouvrent des frontières en organisant des animations multiculturelles, jumelages avec des pays en voie de développement ainsi que des chantiers internationaux de jeunes.

Si cette initiative répond à l’appel de l’ONU lors de la Conférence mondiale d’Istanbul, elle diffère de nos pays voisins par l’absence d’aide financière. Loin de considérer ce manque de soutien du gouvernement comme une contrainte, le projet VAE français permet de se construire de manière très ouverte dans une logique de partage et d’échange pour répondre au mieux aux besoins et spécificités locaux.



Un panneau d’entrée de ville est proposé aux VAE depuis 2005 pour leur assurer une visibilité.

Les villes peuvent faire fabriquer autant de panneaux qu’elles le désirent pour afficher leurs valeurs. 114 panneaux sont présents dans 31 villes en France.

panneauvae.jpg

Quelques initiatives :
- Les jeunes du Cannet prennent l’antenne

- Un procès «pour de faux», apprendre «pour de vrai»

- Une année riche en réalisations pour le CMJ de La Roche-sur-Yon

- Un Bébébus circule dans les rues du Cannet


Vous retrouverez d’autres initiatives sur le site des Villes amies des enfants. Un espace extranet est réservé aux villes signataires de la charte. Les municipalités peuvent ainsi se présenter, communiquer sur leurs actions et profiter du réseau pour échanger sur leurs idées et savoir-faire.

Votre ville est-elle une VAE ?

Publié dans A la Une

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
C'est un label parmi d'autres... et il n'est pas question d'être "avec moi ou contre moi". Si cela nous semble évident et naturel sur le terrain il en est autrement.Quand on lit enfant on a tendance à pense petit enfant, mais cela va jusqu'aux jeunes adules.Pour la journée de l'enfant elle existe depuis plusieurs années, 12 ans et elle est internationale.J'avoue avoir eu la même réaction au départ, un label de plus, encore de la poudre aux yeux qu'est-ce qu'ils nous veulent encore :opMais finalement, en creusant certaines actions sont plus qu' intéressantes.Pour ma part, j'ai découvert ce label il y a quelques jours. Jamais entendu parler...Quant aux "journée de", on est d'accord... Si cela devrait être constant et naturel, malheureusement je crains qu'il ne le faille le rappeler régulièrement. Même si je râle à chaque "journée de" ;o)
Répondre
H
En dehors des intentions et réalisations honorables de cette initiative (VAE) la question qui vient à mon esprit, tordu je te l'accorde, est de savoir si les villes qui ne signeront pas la charte "Ville Amie des Enfants", avec le joli panneau qui va avec, seront des "Villes Ennemies des enfants"?
N'est-ce pas une façon de se dédouaner à moindre frais de ce qui devrait être naturel, impératif et prioritaire, que de faire partie de ce "club" là?
De plus je n'aime pas les "journées de ceci ou celà". Une journée de la femme, une journée sans voiture, sans tabac, 5 mn pour la planète...etc... et maintenant "une journée pour les droits de l'enfant".
Je comprends évidemment les bonnes intentions qui en sont à l'origine, mais je trouve le concept quelque peu galvaudé, car plus il y aura de journées, plus une journée chassera l'autre, comme on change de plat...Alors que chaque journée devrait être une année reconductible, ce concept dispense inconsciemment de s'engager sur une voie réellement pérène et logique sans qu'il y ait besoin d'adhérer à quoi que ce soit...
Cela dit, je n'ai rien d'autre à proposer et c'est peut être mieux que rien.
Répondre
S
Oui, il y en a de nombreuses à découvrir...J'ai mis parmis les dernières, mais le site est à explorer et à donner des idées.Et oui, il y a un problème l'idée était que le bien être des enfants était la mesure d'un pays en terme de santé, de démocratie et autres que je n'ai plus en mémoire (encore trop tôt pour réfléchir). Dès que je mets la main sur l'étude, je ferai un autre article plus explicatif.Je n'avais qu'une envie décerner un prix MAE pour un ministère...Avec ces enfants en rétention, les parents séparés etc. Toutes les lois de le convention sont bafouées... en France.
Répondre
J
Voici une intiative intéressante qui est bien décrite en plus :http://www.villesamiesdesenfants.com/vae/tour-de-france/lorraine/villers-les-nancy/var/lang/FR/rub/1121.htmlToutefois pour qu'on en vienne à créer ce genre de "label", cela montre bien qu'il y a un problème dans notre société actuelle...
Répondre