Saurez-vous faire le bon choix ?

Publié le par Selda Prey

Deux animations de l'ESMA nous présentant un futur possible...

L'Oracle


Le site : Oracle - le film


Programme du jour


Le site : Le programme du jour

Publié dans A méditer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
mais c'est l' age de cristal ce monde... tenfant suivant tu parles, alla aurait pu dire numéro suivant, ce "choix", on le garde ou on l'élimine...j'imagine même cet oracle qui prend lui même la décision... ici ce qui est réconfortant c'est la réaction du père, curieux d'ailleurs que l'enfant soit une fille, la violence cible le garçon en général, d'autant, j'ai remarqué les boutons rouge pour accepter et vert pour refuser, en peincipe c'est l'inverse... somme toute très flippant... ouisur la deux les idées se rejoignenet mais elles sont sans doute bien plus proches de ce que nous vivons... a léditer come tu dis Selda ;-)
Répondre
S
Je les trouve assez intelligentes et font appel à notre réflexion. Enfin, si on le souhaite. C'est pour cela que je l'ai mis dans la catégorie "A méditer"Elles rappellent étrangement quelque chose hein ! :o/Pour la seconde, c'est aussi un choix du "bonhomme" d'avoir pris ces chambres de vie. Parce que c'était plus simple... Plus facile de marcher au pas... A condition de ne pas y réfléchir."Toutes ressemblances..."
Répondre
H
Entre "Metropolis" de Fritz Lang et "1984" de Georges Orwell ces deux films d'animation enfoncent le clou. Ca fait flipper tout ça!

Refuser ou accepter un enfant sur la base de son avenir supposé... Tiens ça me rapelle quelque chose, le fameux projet de détection des enfants violents dès la maternelle par exemple avec à l'appui de la fumeuse théorie du déterminisme génétique. Que du bonheur à la clé, un monde parfait, un monde de clones moulés à la louche dans des faisselles standard, brrrr!
Le deuxième film c'est un peu le ratage du premier qui formate en amont, celui-ci met au pas en aval après vidange du cerveau, confinement et vie intime schysophrénique pour que rien ne vienne perturber la bonne marche d'une société toute vouée à la valeur travail... Tiens, ça aussi ça me rappelle quelque chose... :o/
Répondre