Internet addict… Jusqu’où êtes-vous prêt à aller ?

Publié le par Selda Prey

Plusieurs études sur le comportement des américains ont été menées. Plus particulièrement en ce qui concerne l’usage d’Internet et de la téléphonie mobile. Américains, me direz-vous. Oui, mais n’oublions pas qu’ils sont souvent précurseurs dans un type de comportement qui fatalement arrivera chez nous. Nous pouvons déjà voir les prémices en France. Certains pourront se reconnaître dans certains de ces comportements spécifiques, d’autres feraient bien de se méfier…


internet-surf.jpgCommençons par l’étude de JWT sur un panel de 1011 Américains âgés de plus de 18 ans. Menée début septembre, l’enquête a été faite en ligne, l’échantillon comportait près de 42% d’hommes et donc 58% de femmes.

Les téléphones portables et Internet occupent une part importante dans la vie des Américains, à tel point que lorsqu’on leur demande combien de temps ils pourraient tenir sans accès à Internet 15% répondent pendant un jour voire moins, 21% deux jours, 19% quelques jours et une personne sur cinq pourrait tenir une semaine. 59% des hommes et 50% des femmes ne pourraient pas tenir plus de quelques jours, et l’âge n’apporte aucune variation significative.

 
Si je ne peux accéder à Internet dès que je le veux,
j’ai l’impression qu’il manque quelque chose d’important
 

En général
28% des sondés admettent passer moins de temps dans les relations sociales en face à face à cause du temps passé en ligne ou de l’utilisation de leur gadget (téléphonie, lecteur mp3, console de jeux…).

20% accordent moins de temps aux relations sexuelles.

Dans l’ordre, les Américains ne peuvent se passer d’Internet, de leur téléphone portable et de la télévision. 60% des hommes et 58% des femmes, plus marqué chez les jeunes, s’accordent à dire :

La technologie digitale influence en grande partie la manière dont je vis


Usage d’Internet
Près des ¾ des personnes sondées affirment faire leurs achats différemment. Pour 73% des Américains, Internet a changé leur manière de faire leurs achats, passant de plus en plus du offline au online.

L’activité la plus répandue est la recherche basique, Les moteurs de recherche les plus utilisés sont Google et Yahoo. Vient ensuite l’utilisation de l’email, très près derrière la recherche. Pour la plupart, la consultation de leur boîte se fait sur un seul ordinateur. Mais les adresses portables telles que Hotmail ou Gmail sont également très utilisées et consultables sur n’importe quel ordinateur. Ce sont les plus jeunes qui les utilisent le plus fréquemment.

Les sites de social networking tels que Facebook ou MySpace n’ont pas forcément la cote chez les Américains. Ils arrivent en 7e position derrière les sites proposant des pages « tout-en-un » tels que MyYahoo ou iGoogle, les sites/communautés spécialisés répondant aux intérêts personnels (sport, musique, photographie, technologie…) et les journaux ou magazine en ligne.


Les jeux et la musique

Étonnamment, ce sont les femmes qui possèdent plus fréquemment une console de jeu, 44% contre 39% pour les hommes, et ce sont généralement des personnes de moins de 35 ans.

34% des personnes interrogées ont un iPod ou autre lecteur de musique personnel. Ce sont massivement les jeunes avec 49% de possesseurs de lecteur audio contre 15% pour les plus de 55 ans.


L’addiction à l’email
email.jpgC’est une étude portant sur 4000 personnes âgées de plus de 13 ans et réparties sur tout le territoire qui nous révèle que les Américains sont plus que jamais accrocs à l’email.

25% d’entre eux avouent apporter leur email jusque dans leur lit, que ce soit sous la forme d’un laptop (ordinateur portable) ou d’un téléphone portable avec un accès aux emails. Avant de s’endormir, ils s’assurent de ne pas avoir reçu un dernier email, et parfois s’endorment avec leur portable dans la main…

Quoi qu’il en soit, le matériel est posé à côté du lit pour 43% d’entre eux, souvent allumé, pour être informé, même au milieu de la nuit, de l’arrivée d’un nouvel email.

59% des Américains lisent leur email dès leur arrivée.

Le plus surprenant concernant cette addiction est peut-être le lieu où sont lus et écrits ces différents emails.

12% des personnes interrogent leur messagerie à l’église

37% pendant qu’ils conduisent

53% dans leur salle de bains.


C'est aussi pourquoi Internet devient le media incontournable des campagnes plurimedia. Un article chez jef.



Et vous ? Êtes-vous Internet addict ? Je le suis, si ça peut en rassurer certains. Même si, paradoxalement, j’ai une sainte horreur du virtuel quand il n’a pas lieu d’être. Mais certains comportements révélés par cette enquête m’inquiètent un peu. Comme privilégier Internet aux relations en face à face, avec des vraies personnes en chair et en os. Et pourtant, j'aime pas les gens... J’en connais qui sont déjà atteints et refusent de l’admettre. Ou plus effrayant encore, mettre au second plan les relations sexuelles pour pouvoir surfer ou jouer… Ce n’est pas tant la relation en elle-même, mais tout ce qui va avec.

Publié dans Société

Commenter cet article

Milla 15/10/2007 21:22

Rien ne remplacera jamais le contact humain.Mais ce n'est que mon sentiment ;o)nous sommes bien d'accord"à partir du moment où tu consultes tes mails de manière compulsive, que l'idée de passer quelques jours sans ordi te stresse au possible et surtout dès lors que tu refuses les contacts réels pour pouvoir rester connecté.." très dur d'imaginer ce genre de vie, surtout si il y a une vie de famille, qu'en est il du travail, non mais je crois aussi que c'est un comportement de shizo ça, pour ma part une seule fois j'ai franchi le cap du net au réel, un avoxien, et le tel avec romanito.avec les personnes que je connais, engénéral, les mails oui de temps en temps, parce qu'ils sont un partout en france, mais je les appelle  au moins deux fois par mois, ou ils m'appelle... en fait si je lis ma boite mails, j'en ai très peu.par contre j'ai eu un compagnon qui vivait à Toulouse, c'était de la folie, il vient d'ailleursde créer son SA un ours, il s'endort à 6 h du mat, et se réveille à 15h pour déjeuner ou petit déjeuner, et ainsi de suite, pour sortir c'etait la croix et la bannière, ça n'a pas marché a cause de ça, je devais déménager en juillet 2007 mais trop réfléchis au problème, et pourtant c'est une mec intelligent puis qu'ancien pilote de chasse, recyclé dans la création de logiciels developpement de réseau pour la défense, mais un ermite et mordu de l'informatique,  mdr

Selda Prey 15/10/2007 21:16

Je crois que je me fais très mal comprendre... :opPas grave.La marge n'est pas si loin que cela !!Même si ce n'est pas aussi répandu, ce type de comportement s'installe déjà petit à petit. C'est juste une petite sonnette d'alarme... Mais encore une fois, je n'ai rien contre Internet, j'y suis bien...

jef 15/10/2007 21:09

Pourquoi ne faudrait-il pas abuser des bonnes choses ? Utilisant Internet pour travailler, il m'arrive de passer de longues heures à rechercher des infos de toutes sortes pour les dossiers de toutes sortes. Cela dit, je peux tout aussi passer mes vacances sans avoir la moindre envie de me connecter et profiter d'un week-end pour faire le paresseux en cultivant mon jardin... Am I an Internet addicted person pour autant ? Je ne sais pas. En bon Normand que je ne suis pas : oui et non ! Cela dit, oui, Selda on peut rencontrer grâce à ce medium des personnes intéressantes. De là à tomber dans l'excès à l'américaine, il y a encore une bonne marge. Mais, bon, d'ici deux ans, nous vivrons sûrement un peu plus à l'américaine, dès que toute la France y compris la France profonde aura bénéficié du dégroupage total...

Selda Prey 15/10/2007 19:10

à partir du moment où tu consultes tes mails de manière compulsive, que l'idée de passer quelques jours sans ordi te stresse au possible et surtout dès lors que tu refuses les contacts réels pour pouvoir rester connecté...Ceci étant, j'ai quand même rencontré des personnes extraordinaires grâce à Internet. Je suis une grande timide, mais je n'ai jamais refusé de rencontrer en chair et en os les personnes avec qui j'avais de réelles affinités lorsque l'occasion se présente. Bien au contraire... Comme refuser de voir des amis parce que cela empêchera d'être connecté... Alors que bon... On peut se parler via le réseau ! Ainsi pas de déconnexion... Je trouve ça quand même grave.Rien ne remplacera jamais le contact humain.Mais ce n'est que mon sentiment ;o)

Noah Norman 15/10/2007 18:51

Internet est un outil formidable à condition de savoir bien s’en servir et comme toute bonne chose, il ne faut pas en abuser. Difficile de savoir à quel moment ou à partir de combien de temps passé à surfer on risque d’être addict ?  Y a-t-il des données là-dessus ? Cela dépend aussi de l’usage que l’on en fait : Mailing, jeux, chat, blog…