Contraception : que savent les Français ?

Publié le par Selda Prey

Petit état des lieux sur la contraception, ce qui semble ne pas être futile au regard des chiffres et les vacances qui se profilent, propices à toutes sortes d’aventures.

contraception.jpgLes usages de la contraception en France.
Le premier rapport sexuel se situe vers 17,5 ans, ce qui reste stable depuis les chiffres de la dernière décennie. Ce qui change, c’est l’âge moyen des mères à la naissance de leur premier enfant qui se situe aux alentours de 30 ans. Ce qui implique une contraception efficace plus durablement.

71% des personnes âgées de 15 à 54 ans et sexuellement actives utilisent un moyen de contraception. Les plus répandues sont les méthodes contraceptives médicales et en particulier la pilule (57,4%). 88% des femmes de 20-24 ans l’utilisent.

Le stérilet est le deuxième moyen contraceptif le plus utilisé (24,2%). Il est surtout utilisé par les femmes ayant déjà eu des enfants. C’est une méthode qui est perçue plutôt comme contraception d’arrêt et non d’espacement des naissances.

Pour la première fois en 2005, l’implant est cité comme moyen de contraception, mais il ne concerne que 1,3% des femmes.

Les méthodes non médicales sont utilisées selon la situation affective et sociale des femmes. 14% des femmes utilise une méthode liée à l’acte (préservatif, méthode locale ou naturelle).

Ce sont surtout les jeunes entre 15 et 19 ans qui utilisent le préservatif. Les méthodes naturelles de contraception (abstinence périodique, retrait) restent très marginales et ne concernent que 2,8% des femmes.

8,9% des femmes qui ont eu leur premier rapport au cours des 5 dernières années (Baromètre 2005) n’ont pas utilisé de moyen de contraception lors de leur premier rapport, contre 30% avant 2000.

Paradoxalement le recours à l’IVG reste élevé
D’une part la France est le pays dont le taux de recours et de diffusion de la contraception est l’un des plus élevés d’Europe, d’autre part le recours à l’IVG reste à niveau élevé et tend à augmenter dans certaines tranches d’âge.

Si l’absence d’utilisation d’une contraception (28%) est l’une des origines du recours à l’IVG, la mauvaise gestion des contraceptions reste encore une forte cause (23,1% pilule, 19,3% préservatif, 7% stérilet). Le changement de contraception et les mois suivant une naissance augmentent le risque d’échec de la contraception.

 
Une étude l’INPES menée en février 2007 montre qu’une femme sur cinq utilisant la pilule, l’oublie au moins une fois par mois. Le recours à la contraception d’urgence (pilule du lendemain) augmente régulièrement. Ce sont les plus jeunes qui en ont eu le plus recours (15-24 ans) essentiellement dû à un problème de préservatif. Les femmes en situation financière difficile, sans travail ou avec un niveau d’étude bas sont les moins bien informées sur la contraception d’urgence.

11,7% des femmes et 7,1% des hommes connaissent le délai d’efficacité reconnue de 72 heures pour prendre la contraception d’urgence. Un quart de la population âgé de 15 à 54 ans ne savent pas qu’une ordonnance n’est pas nécessaire pour se procurer la contraception d’urgence.



Idées reçues et lacunes

  • 22% des Français et 34% des jeunes de 15-20 ans pensent que la pilule rend stérile
  •  
  • 24% pensent qu’elle fait systématiquement grossir
  •  
  • 50% croient que l’on ne peut pas utiliser de stérilet si on n’a pas eu d’enfant
  •  
  • 53% pensent qu’une femme ne peut pas tomber enceinte pendant ses règles 
  •  
  • 64% croient qu’il existe des jours sans risque 
  •  
  • 1 jeune (15-20 ans) sur 10 n’a pas conscience que la pilule ne protège pas du VIH et des IST (MST) 
  •  
  • 35% des personnes déclarant connaître la contraception d’urgence pensent qu’elle ne concerne que les jeunes femmes de moins de 25 ans.


Les vacances… le sentiment de liberté, le plaisir, l’insouciance…
Profitez-en mais pas n'importe comment !



En savoir plus sur la contraception : rapport de l’INPES
 
Pour que tout soit clair et à la demande de Koulou, chassons les idées reçues et lacunes.

Ce qu'il faut retenir :

- La pilule ne rend pas stérile, ne fait pas systématiquement grossir et ne protège pas des infections (maladies) sexuellement transmissibles.

- Les femmes peuvent utiliser un stérilet même si elles n'ont pas eu d'enfant.

- Les règles ne protègent pas d'une grossesse, tout comme il n'y a pas de jour sans risque. Contraception : que savent les Français ?

- La contraception d'urgence (pilule du lendemain que l'on peut prendre jusqu'à 72h après le rapport) concerne toutes les femmes sans restriction d'âge.


Voici un lien pour tester vos connaissances sur la contraception sur tasanté

Publié dans A la Une

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Si on s'en réfère à ce que l'INPES a publié, le site porte bien son nom ;o)
Répondre
J
Pour ceux que le contraception naturel intéresse :http://www.bebe-arrive.com/contnatu.htm
Répondre
S
A priori une campagne d'information, soutenue par le ministère de la santé, devrait être lancée à l'automne.On verra ce qu'il en sortira et les messages qu'ils choisiront.
Répondre
S
@kloutch:o) 30 secondes... sans bouger... Pfiou !Oui kloutch on peut préconiser la fidélité mais ça ne changera rien quant au fait de tomber enceinte ou pas. Ensuite, il faut avoir rudement confiance en son partenaire, surtout jeune, quant à sa fidélité et sa détermination à ne pas céder aux appels de ses hormones et autres jeunes filles consentantes. (et vice et versa pour les femmes - faut pas croire).Ensuite s'il s'agit d'un couple marié (ou pas mais établi et installé), je ne pense pas que l'abstinence puisse durer bien longtemps sans tension. On peut aimer les familles nombreuses mais quand même...Quant à la première fois... Deux êtres innocents qui se rencontre ? Donc pas de capote ?On peut faire l'amour sans fouet ? Sans chaînes ? Naaaannnn !! ;o)Kloutch, là il va falloir nous en dire plus en dehors de l'abstinence et de la fidélité.
Répondre
S
@hubL’article reprenait le rapport de l’INPES que personne n’ira lire si on ne mâche pas le travail. Il est clair qu’il y a encore beaucoup à dire, et en particulier sur l’IVGCommençons par la contraception, même si elle n’est pas fiable à 100% on n’en est pas loin.Certes, le problème de la contraception demeure et malgré ce que l’on pourrait penser, le manque d’informations ou informations partielles voire anxiogènes. On associe la contraception avec le Sida par le biais du préservatif.On peut se réjouir de l’entrée de la pilule du lendemain dans les écoles, mais je ne sais pas si tu te souviens du bruit que ça a fait. Partiellement étouffé, on crie très vite au scandale ! A l’incitation à la débauche et que sais-je encore comme autre débilité profonde.Autre chose, les parents… Combien de parents osent parler de sexualité à leur enfant ? Combien de parents déjà expliquent à leur enfant comment on fait des bébés ? ça peut faire sourire, on peut lever les yeux au ciel, mais c’est quand même effrayant.L’IVG est un sujet tabou, même au sein de l’Etat. Aujourd'hui l'IVG est associée à un recours de confort pour les femmes zélées.D’ailleurs le Vatican vient de se déclarer favorable à la vie des chimères. Une fois fabriqué, il faut mener à terme l’embryon de la chimère et pourquoi pas dans le ventre d’une femme…
Répondre