A rire ou en pleurer... Au choix !

Publié le par Selda Prey

Ne pas céder
Samuel Laurent, journaliste au Figaro nous résume les propos du Premier ministre lors de son discours de politique générale. Dans son article, écrit d’après une dépêche de l’AFP, il nous informe en dernière ligne :
Il confirme par ailleurs le non-remplacement d’un Français sur deux qui bat en retraite.
Ceux qui chercheront à fuir ne seront pas tous remplacés, qu’on se le dise !


Roi des Belges, un autre genre


En même temps, elle est blonde…


Papotages au Salon de la télé lors de débats

Question : Les militants de base doivent-ils avoir accès à la télévision ?

Réponse de François Laborde, journaliste à France 2 :
On va pas se payer de mots. La réponse est non. La réponse est non, pourquoi ? Parce que on est dans un pays démocratique où il y a des institutions. Alors, on les aime ou on les aime pas. Mais elles fonctionnent comme ça. [...] Alors, on peut trouver que c’est dommage, que c’est du centralisme bureaucratique, que c’est stalinien, vive la démocratie directe, etc. Moi, je crois pas trop au système de démocratie directe. Je pense qu’il y a un moment donné où ça n’est pas le rôle de la télévision. [...] A France 2, il ne faut pas se faire d’illusion : on ne fera pas ça.
Au moins c’est clair… On ne croit pas à la démocratie chez France 2, alors on ne l’applique pas.


Philippe Tesson, journaliste de télévision d’occasion comme il se présente :
Le problème que vous soulevez, il est extrêmement important et je crois que ce que vous avez dit exprime ce que pense la majorité de l’opinion. Mais moi, j’ai là-dessus un avis très tranché. Ben... [...] Je trouve que ça serait la pire des choses que le militant vienne sur le plateau... enfin, que ça se généralise parce qu’il vient déjà. Je trouve qu’il vient déjà trop. Le mettre sur le plateau, je trouve que ça serait la pire des choses. Parce qu’on commence comme ça, et puis c’est ça, c’est ça... Après ça... [...] Ca devient le bordel, ça devient l’anarchie. C’est le n’importe quoi. Sans compter que... excusez-moi, c’est pas que je considère que je suis bon mais, comme j’ai acquis le professionnalisme, je suis a priori un peu meilleur que la moyenne des gens qui viennent sur le plateau sans avoir l’expérience. Ça serait incontrôlable.
Très tranché en effet !
Que des pros bien formatés qui savent ce qu’ils doivent dire et pas autre chose.

Mais ce n’est pas tout, il ajoute :
Le journaliste, étymologiquement [...], ontologiquement, fonctionnellement, le journaliste est un médiateur. C’est la beauté de ce métier. Nous sommes des passeurs. Nous faisons passer ce que pensent Untel, Untel, Untel, ce que pense tel groupe, telle catégorie d’activité, de pensée, etc. Nous sommes faits pour ça. Si nous ne faisons pas ça, nous sommes mauvais. Et il est très possible que la plupart des journalistes d’aujourd’hui soient mauvais. Car c’est vrai que beaucoup ne font pas ça. Mais nous sommes là pour traduire ce que pense telle ou telle catégorie, les différentes catégories dans le pluralisme le mieux compris, les différentes catégories de la population. Et ce qu’exprime, ce que voudrait exprimer, ce que tient à exprimer un militant, comme vous par exemple, eh bien c’est à nous de l’exprimer. Nous sommes votre interprète. C’est ça notre métier.
Aie confiansssss
En gros, le gueux moyen n'a pas accès aux plateaux, il a un médiateur. Mais un élu est certainement bien plus professionnel...

Mais Philippe Tesson n’a toujours pas dit son dernier mot ! Interrogé sur Laurent Solly, directeur-adjoint de la campagne de Sarkozy et numéro 2 de TF1, il répond sans rire :
Ça a toujours été. C’est dans la grande tradition républicaine française, si je puis dire. Evidemment que sur un plan d’exigences morales et éthiques c’est très choquant et que c’est encore là... Moi, je... sur mon apologie du relativisme. A la limite, on pourrait redouter une république qui serait parfaite et ça relèverait de l’utopie et ça serait peut-être assez dangereux.
Plus à lire sur Acrimed… stupéfiant !


EU Tube – Le scandale de la chaîne thématique de la Commission Européenne


Sympa le cinéma européen…
La Pologne est outrée, notamment par une scène avec des homosexuels, n’oublions pas qu’elle a voulu interdire les Teletubbies… pour les mêmes raisons ! Mais l’UE ne cèdera pas et est fière du cinéma européen.

Pour ceux qui ne connaissent pas les Teletubbies

Teletubbies
envoyé par magicpuppet

Publié dans Humour

Commenter cet article

Selda Prey 05/07/2007 20:50

Ok et je note la date ;o)

Shamael 05/07/2007 20:43

Attends d'être à l'est, c'est là que prospère le vrai nid de gauche-pompe.

Je suis sensée arriver le 11 août.

Selda Prey 05/07/2007 20:25

Oui... alors clairement il y a problème dans l'appellation.Peut-être qu’un jour j’irai à une réunion de quartier… mais ça me gonfle à l’avance et autre chose à faire qu’à écouter des grands "moi, je pense que… moi, je dis que…"Sauf si j’y vais dans cet esprit d’observation, et que cela m’amuse. Tu reviens quand en France ? :op

Shamael 05/07/2007 20:12

J'ai oublié. Exemple concret : les Lambertistes. Ce sont tous des militants de base ou presque. ^-^

Shamael 05/07/2007 20:10

Tout le problème réside dans la définition du mot "militant de base". Personne ne sait ce que sait, donc on peut lui donner toutes les significations qu'on veut. Ce que je peux te dire par expérience, c'est que dans les conseils de quartier, les militants de base et autres citoyens apolitiques n'ont de base et d'apolitique que le nom. Entre les décompo, trotskistes, vieux routards du militantisme ps et/ ou syndicaliste, le moins que l'on puisse dire c'est que la base a un discours bien rodé. . . et met sur la touche le mec de base militant ou pas qui voudrait se mêler de son quartier.

Le problème du mot "militant de base" c'est que quelque part c'est une malhonnêteté intellectuelle. . . un militant est de base parce qu'il n'a pas de titre. . . mais l'absence de titre ne fait pas de lui la "base", loin de là.