Les Yes Men ont encore frappé

Publié le par Selda Prey

Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, voici comment se définissent les Yes Men, des imposteurs professionnels qui pratiquent la « correction d’identité » ou l'art de caricaturer et de détourner le discours des vrais imposteurs qui nous gouvernent.

C’est à l’occasion du sommet de Seattle, en 1999, qu’Andy Bichlbaum et Mike Bonanno décident d’ouvrir un vrai faux site officiel de l’OMC. C’est ainsi qu’ils vont être officiellement invités aux colloques en tant que représentant de l’OMC. Avec le plus grand sérieux, ils multiplient les allocutions les plus délirantes, poussant jusqu'à l'absurde les principes néolibéraux qui gouvernent l'économie mondiale, devant des parterres d'officiels... qui les applaudissent ! Ravis de parler au nom des organisations qu’ils combattent, ils s’efforcent de choquer (retour à l’esclavage) leur auditoire… En vain.

Les Yes Men, ou les béni oui-oui (voire les lèche-cul selon leurs propres termes), se font passer pour des journalistes, des grands pontes de la finance, de l’économie ou des organisations mondiales lors de conférences, sur le web ou à la télévision afin de montrer à tous leur vrai visage.

C’est ainsi que nous avons pu voir comment Patrick Balkany explique aux journalistes américains qu’il n’y a pas de pauvres en France. Que les quelques SDF, « qu’on lave », le sont par choix…
 
 
 
Mais aussi, avant les présidentielles, l’interview de Claude Goasguen sur le Pacte Hulot et le support de la France pour résoudre le problème du réchauffement climatique grâce à une solution américaine… totalement loufoque !

 

 
 
 
Jean-Marie Cavada et Claude Bartolone ont subi le même sort… mais avec plus de brio !
 
Et oui, la France a aussi à subir l’activisme farceur des Yes Men, et c’est tant mieux.

diaporamavivoleum.jpgCette semaine, ils sont intervenus lors de la conférence sur l’énergie du 14 juin à Calgary au Canada, la Gas and Oil Exposition. C’est en tant qu’analyste pour le National Petroleum Concil de Washington et employé d’ExxonMobil qu’ils ont présenté leur étude. En résumé, l'industrie du pétrole n'a pas à s'inquiéter de l'épuisement des combustibles fossiles. la politique énergétique du Canada et des Etats-Unis contribue gravement au réchauffement climatique, ce qui va provoquer des catastrophes naturelles à l'échelle planétaire. Il y aura forcément de nombreuses victimes. Mais, grâce à un nouveau procédé industriel, leurs cadavres constitueront une source d'énergie alternative, le "vivoleum". Plus il y aura de morts, plus il y aura de combustible disponible…
 
C’est grâce à leur site Internet consacré au Vivoleum qu’ils furent invités. Mais c’est en diffusant la video du témoignage posthume d’un ex-employé d’ExxonMobile, Reggie Watts, expliquant qu’il souhaitait être transformé en bougies après sa mort, que la supercherie fut découverte.

C’est manu militari qu’ils furent expulsés de la salle. Ils ont quand même eu le temps de faire leur démonstration et de distribuer aux 250 personnes présentes les fameuses bougies fabriquées à partir du supposé cadavre de Reggie Watts.

Interpellés par la police, ils durent payer une amende de 202 euros au grand dam des organisateurs qui espéraient bien les voir en prison...

MàJ : La video (en VO) relatant leur intervention puis leur interview

 

 Le site des Yes Men
 
 La video posthume
 
 Le site Vivoleum

 

Publié dans Dans la vie ailleurs

Commenter cet article

Selda Prey 17/06/2007 02:00

Je crois bien qu'ils recrutent avec plaisir...

Koulou (Flegroll) 17/06/2007 01:24

Excellente initiative ! bravo les yes men !